Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 mars 2012

La CGT défend la protection sociale

La CGT défend la protection sociale

La CGT défend la protection sociale
La CGT défend la protection sociale


Quelques militants de l'union départementale de la CGT du Lot ont distribué, hier matin, à Cahors, des tracts pour sensibiliser la population à la défense « d'un grand service public de santé et d'action sociale ». Autour de Fabrice Nollet, trésorier de l'UD CGT et secrétaire de la section « organismes, sociaux et santé », des militants : « La CGT veut revenir à une sécurité sociale vraiment solidaire, sans recours aux sociétés marchandes, résume Fabrice Nollet. Il faut élargir l'assiette en faisant cotiser les revenus financiers, les stocks options… ».

Rassemblement contre la «casse de la santé et la protection sociale»

«Pour la première fois, on réunit un collectif «protection sociale» qui comprend la sécurité sociale au sens large (CAF, URSSAF, CPAM, MSA, Pôle Emploi), avec nos collègues de l’action sociale et de la santé» explique Abdallazar Atia, délégué CGT à l’URSSAF09.

Car tout ses structures sont liées, «si on simplifie le circuit: la sécurité sociale est un organisme avec les URSSAF qui recouvre les cotisations auprès des employeurs.

Avec cela on vient financer les cotisations versées par les CPAM, les CAF, mais qui garantit aussi le remboursement quand les gens vont dans les hôpitaux pour des problèmes de santé, etc.
»

Un mode de fonctionnement qui est aujourd’hui gravement menacé selon la CGT.

On ne compte plus le nombre d’attaques subies par ce système ces dernières années argumente le syndicat: fusions, restructurations, régionalisations, abandon de certaines activités, ou encore réduction d’effectifs.

lire la suite + vidéo :

http://www.ariegenews.com/ariege/debats_opinions/2012/457...

Pour une protection sociale

La CGT avait appelé à un « grand 29 mars de luttes, de grèves et de manifestations ».

« Notre pays est malade ! », estiment les fédérations santé-action sociale et organismes sociaux. Cette pathologie, Jacques Badets, délégué syndical CGT- Urssaf Midi-Pyrénées, la résumait ainsi, hier : « Gouvernement et patronat ont repris la main sur la protection sociale ». Et d'expliquer que « dans la Sécurité sociale, toutes les branches sont touchées par des fusions ou des restructurations. à Pôle Emploi, la fusion a conduit à une situation désastreuse, mêmes causes et mêmes effets dans la MSA et le RSI… ». Doléances identiques au niveau de l'action sociale ou du médico-social. Selon la CGT, les suppressions d'effectifs devraient se poursuivre. C'est pourquoi ce syndicat réclame « une autre politique adossée à un véritable service public ». Près de 70 personnes se sont donné rendez-vous place au Bois, pour le pique-nique de la colère. Suivi d'une manifestation, au même endroit. « En période préelectorale, il est difficile de faire bouger les autres centrales syndicales », constate Jacques Badets.

La CGT considère donc qu'il est nécessaire « d'agir sur tous les leviers qui contribuent au financement et au développement de la protection sociale ». Elle demande l'augmentation des salaires, des retraites et des minima sociaux. Ainsi que la taxation des revenus financiers et l'arrêt des suppressions d'emplois et des licenciements.

« Chacun paye selon ses moyens et reçoit selon ses besoins », résume le syndicat qui reprend la devise des créateurs de la Sécu en 1945. « Elle n'a jamais été autant d'actualité. »

source :

http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/30/1319011-pour-u...

jeudi, 29 mars 2012

La sécurité Sociale, grande absente des présidentielles

La question du financement du régime de la sécurité sociale est étrangement absente du débat des présidentielles. Pourtant cela concerne l’avenir de notre santé et l’avenir de nos retraites. Questions toute de même plus importantes que la viande Hallal ou le débat sécuritaire.

Avant d’en retracer brièvement les grandes étapes historiques, passons en revues quelques approximations et erreurs qui circulent malheureusement :

 

- La Sécurité Sociale française (S.S.) est une organisation de droit privé avec une délégation de service public. Ce n’est pas une administration.

 

- Les salariés de la SS ne sont donc pas des fonctionnaires.

 

- La SS, ce n’est pas seulement l’assurance maladie, mais aussi les accidents du travail, la branche vieillesse et la branche famille.

 

- Son budget est autonome, il n’est pas géré par l’Etat.

 

- En aucune manière les impôts directs ne financent la S.S.

 

- Et enfin, malgré le rôle primordiale qu’il a pu y jouer, Pierre Laroque n’est pas le seul à avoir contribué à la création de la S.S., il faut associer à son nom celui d’Ambroise Croizat, député communiste et ministre du travail du général de Gaulle en 1945-46

 

Définition :

La sécurité sociale est un ensemble d'institutions qui ont pour fonction « de protéger les individus des conséquences de divers événements ou situations, généralement qualifiés de risques sociaux ».

-> lire la suite

Une rêve étrange

Ce long métrage documentaire dresse le portrait du physicien Joseph Rotblat. Considéré comme un traître et un espion parce qu’il est le seul scientifique à s’être retiré du projet Manhattan – conçu pour mettre au point la première bombe atomique –, Rotblat a créé, avec Bertrand Russell, les Conférences Pugwash sur la science et les affaires mondiales, un mouvement pacifiste moderne, et a été décoré en 1995 du prix Nobel de la paix.

http://www.onf.ca/film/un_reve_etrange/

mercredi, 28 mars 2012

Attention, ne pas financer la campagne électorale de Sarkozy. Il vous remerciera avec des bombardements !

Nicolas Sarkozy 'received £42 million from Muammar Gaddafi for 2007 election'

Nicolas Sarkozy received £42 million from Muammar Gaddafi in funding for his 2007 presidential election campaign, it was claimed on Monday.

Nicolas Sarkozy 'received £42 million from Muammar Gaddafi for 2007 election'
Nicolas Sarkozy provoked outrage among opposition figures and some members of his government when he welcomed Gaddafi to Paris in late 2007 when the Libyan dictator was permitted to pitch his tent next to the Elysée Palace Photo: THOMAS COEX/AFP/Getty Images
 

The “terms” for handing over the money were agreed in a meeting between the two men in Libya two years before Mr Sarkozy’s election, documents published by a French investigative website suggest.A memo obtained by the Mediapart site and handed to a judge alleges that the meeting on Oct 6, 2005 resulted in “campaign financing” of “NS [Nicolas Sarkozy]” being “totally paid”.

--> lire la suite

 

Sarkozy, tu attaques la CGT et tu mens : pareillement, je te crache à la gueule et pisse sur ta famille (l'UMP)

L'affirmation présidentielle est pourtant en partie erronée. Le plus grand quotidien de France a bien connu des soucis d'impression et de diffusion ce mardi, mais ces problèmes n'étaient en aucun cas liés à la publication de l'interview présidentielle, plutôt à un mouvement social de solidarité avec des titres de presse en difficulté.

 

source : lemonde.fr

Money, le film

dimanche, 25 mars 2012

Delpine Van HOOREBEKE - EELV

samedi, 24 mars 2012

CIRCUS POLITICUS OU QUAND VOTER PS REVIENT À VOTER UMP (ET VICE VERSA)


Christophe Dubois présente le livre "Circus... par jackyshow38