Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 septembre 2015

Mais que fait la Franc-maçonnerie ?

 

Il y a quelques années, je m'intéressais beaucoup à la Franc-maçonnerie. Je souhaitais même y « entrer », comme beaucoup de monde. Mais non pas, comme le veulent certains, pour avoir des privilèges, mais dans le but d'améliorer les choses.

 

Aujourd'hui, j'en sais un peu plus sur cette confrérie. Ou plutôt sur ces, au pluriel, sociétés secrètes. Où il existe, comme dans la société civile, des maîtres et des esclaves, qu'ils appellent « apprentis ».

 

Et puis il y a les « bonnes confréries », et les « moins bonnes ». Et parmi les individus qui la composent, il y a de bons éléments, et les moins bons, qui sont parfois gênants. Enfin, il y a les corruptions, les passe-droits, où l'intérêt d'un confère passe avant le droit ou la morale.

 

Oui, il fut un temps où je pensais que la Franc-maçonnerie était une bonne chose. Un contre-pouvoir à la toute puissante Eglise. Et d'ailleurs, il est fort probable que la loi de séparation entre l'Eglise et l'Etat fut impulsée par les Franc-maçons. C'est mon avis. C'est peut-être vrai, c'est peut-être faux, mais c'est fort probable.

 

Donc, je souhaitais devenir un des leurs, pensant que je pouvais participer à l'amélioration de la société. Mais quand je vois d'une part, de plus en plus, comment ils fonctionnent (là encore, je ne les mets pas tous dans le même panier), et surtout, comment la société devient, comment l'Etat français disparaît, je me pose des questions. Je me dis :

 

  • soit ce sont eux qui font disparaître la France, et rendent les habitants de moins en moins instruits, de moins en moins soignés ; etc.

  • soit ce ne sont pas eux, et, finalement, ils n'ont vraiment aucun pouvoir, aucune influence.

 

Dans un cas comme dans l'autre, la Franc-maçonnerie part en cacahuète. Et je suis heureux de ne pas participer à ce chaos qui se déroule devant nos yeux, même si encore aujourd'hui, certains usent et abusent de privilèges.

 

 

 

lundi, 07 mai 2012

politique et publicité

dimanche, 08 avril 2012

La travail

vendredi, 06 avril 2012

Un petit arabe à Toulon

dimanche, 01 avril 2012

Les enfants de la surconsommation


Les enfants de la surconsommation - partie 1 de 3 par Bender_79

vendredi, 30 mars 2012

Rassemblement contre la «casse de la santé et la protection sociale»

«Pour la première fois, on réunit un collectif «protection sociale» qui comprend la sécurité sociale au sens large (CAF, URSSAF, CPAM, MSA, Pôle Emploi), avec nos collègues de l’action sociale et de la santé» explique Abdallazar Atia, délégué CGT à l’URSSAF09.

Car tout ses structures sont liées, «si on simplifie le circuit: la sécurité sociale est un organisme avec les URSSAF qui recouvre les cotisations auprès des employeurs.

Avec cela on vient financer les cotisations versées par les CPAM, les CAF, mais qui garantit aussi le remboursement quand les gens vont dans les hôpitaux pour des problèmes de santé, etc.
»

Un mode de fonctionnement qui est aujourd’hui gravement menacé selon la CGT.

On ne compte plus le nombre d’attaques subies par ce système ces dernières années argumente le syndicat: fusions, restructurations, régionalisations, abandon de certaines activités, ou encore réduction d’effectifs.

lire la suite + vidéo :

http://www.ariegenews.com/ariege/debats_opinions/2012/457...

mercredi, 28 mars 2012

Money, le film

mercredi, 25 janvier 2012

La gouvernance par la dette (HD - sous titre en français)

Pour une meilleure visibilité, regarder sur Youtube, cliquer sur "cc" pour activer les sous-titre.

 

vendredi, 06 janvier 2012

15 janvier 2012

toulon,indignés,parc,lices,rassemblement,journée,mondiale,société,politique,action,affiche

dimanche, 01 janvier 2012

La crise de la dette : l'origine

En janvier 1973 a été votée une loi (n°73-7) interdisant à la Banque de France de faire crédit à l'État, condamnant la France à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts. C'est à partir de cette année qu'à augmenté la dette publique. En gros cette dette publique avec laquelle on nous rabat les oreilles a été voulue par le gouvernement de l'époque, et approuvé par les suivant puisque rien n'a été fait pour changer ce système.