Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 14 octobre 2012

Politique fiction

[...] L'EU et le FMI prêtent de l'argent aux pays afin que ces derniers s'endettent. Au préalable, on aura fait signé à ces pays des traités dont il sera très difficile, voire impossible de s'en dépêtrer. Ces pays devront donc faire des économies. Moins de dépense publiques. Donc moins de fonctionnaires. Moins de moyen dans l'éducation. Donc, une population encore plus ignorante et peu éduquée. Seuls les meilleurs s'en sortirons. Moins d'hôpitaux. Donc moins de soins. Moins de remboursement de médicaments. L'espérance de vie diminuera d'elle-même. Mais aujourd'hui, on s'aperçoit que ça ne va pas assez vite. Au contraire, Ces cons... pardon... l'Homme, en période de crise ne pense qu'à faire des enfants, alors qu'ils ne peuvent même pas manger à leur faim !

Pour finir avec ce chapitre, il y aura bien sûr une diminution des aides sociales. Là encore, seuls les plus aidés s'en sortiront le mieux. C'est notre objectif. Restaurer la loi de la jungle, où seuls les plus forts, les plus intelligents survivront. C'est avec ces gens-là, qui resteront bien entendu toujours des subalternes, que nous comptons mettre en place le « Nouvel ordre mondial ». Nous aurons toujours besoin de main-d’œuvre obéissante. Enfin, pour les personnes intelligentes et instruites mais qui osent dire ce qu'elles pensent... ces personnes-là ne devront pas survivre. [...]

mercredi, 25 janvier 2012

La gouvernance par la dette (HD - sous titre en français)

Pour une meilleure visibilité, regarder sur Youtube, cliquer sur "cc" pour activer les sous-titre.

 

vendredi, 11 novembre 2011

Puisque les journalistes ne sont que des péroquets de l'AFP...

Puisque la plupart des journalistes des média les plus regardés ne font pas un vrai travail de journaliste, je vais essayer de faire un article de bon sens, court, simple, et le plus important, avec des sources.

Il n'est pas concevable qu'un seule "pensée" informe la nation à longueur de journée. Que ce soit TF1, chaîne privée (Bouygues, ami de Sarkozy) ou France télévision, chaînes publiques (le président a été nommé par le Chef de l'Etat, toujours Nicolas Sarkozy), ou encore Direct 8 (détenue par Boloré, amis de Sarkozy).

Les Italiens ont la même situation, avec Berlusconi. Sauf qu'en France, les journalistes disent qu'ils sont indépendants. Le pire, c'est qu'ils le croient vraiment !!!!

Je tiens juste à rétablir quelques vérités. Il y en a plein d'autres (ex : la retraite....... !) J'en ajouterai au fil du temps.

Fraude :

Qui fraude le plus ? Les entreprises ou les particuliers ?

- les entreprises

Combien représente la fraude aux allocations familiales ?

"Selon la Cnaf,  la fraude délibérée représenterait à peine 0,15% du total des sommes versées annuellement."

Source :

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-chiffres-de-la-fraude-sociale-en-france_237053.html

 Le Trou de la Sécu :

Certains disent que "le trou de la Sécu n'existe pas" : VRAI

 Le montant du trou de la sécurité sociale (régime général + particuliers) se montent à environ 30 milliards. C'est le montant des exonérations de charges aux entreprises faites par le gouvernement. Si ce dernier donnait ce qu'il devait, la Sécu serait excédentaire ! Et les entreprises ? Est-ce qu'elles ont embauché, avec toutes ces exonérations ?

Source :

http://www.viva.presse.fr/Les-exonerations-de-cotisations-de_16139.html

 Seulement, l'Etat ne peut pas verser ce qu'il doit à la Sécu, car il doit respecter les "fameux" critères de Maastricht. Vous savez, les 3%.......

 La dette :

Comment cela se fait-il que le déficit soit si important ?

 Tout d'abord, la dette ne date pas d'hier. Mais ces dernières années, elle a explosé.

Les causes en sont simples.

Pour ne pas le nommer, Nicolas Sarkozy, avec son équipe gouvernementale, au nom de la croissance, et pour dynamiser les entreprises et le pouvoir d'achat, a réduit les recettes de l'Etat.

- l'impôt sur le revenu a baissé. Les tranches sont passées de 13 à 5. Les faibles revenus payent désormais l'impôt, mais les plus gros revenu en payent énormément moins.

- l'impôt sur les sociétés : il est passé de 50% des bénéfices à 33% pour les PME, et à 8% seulement pour les grandes entreprises ! (genre Total...)

Sources : CGT "Impôts"

- la vente ou privatisation d'entreprises rentables, qui ont certes renfloué les caisses temporairement, sont également des ressources en moins (exemples : les autoroutes...)

- suppression de la publicité sur France Télévision après 20h30 : encore de l'argent en moins.

- baisse de la TVA dans la restauration : moins d'argent dans les caisses de l'Etat, pour, là encore, soit baisser les prix, soit créer des emplois : citez une source fiable qui démontre, chiffres à l'appui, que des emplois ont été créés.  Si vous en connaissez, vous pouvez laisser un commentaire.

 Si vous avez d'autres exemples de baisse de ressources, vous pouvez les citer dans les commentaires (si possibles avec vos sources).

 Tout ça, additionné à d'autres choses, ont donc considérablement baissé les ressources de l'Etat. Bien sûr, tout en conservant les dépenses nécessaires au bon fonctionnement de la société, des services publics, voire même en diminuant les dépense. Ces derniers se sont considérablement dégradés ces dernières années (vente de patrimoine, nombreuses suppressions de postes).

Alors, puisque les ressources diminuent, et qu'il faut quand même continuer à faire fonctionner le peu de service public qu'il reste, que fait notre gouvernement ? Il emprunte ! Et à qui ? Aux banques privées... Puisque l'Etat ne peut plus emprunter à sa propre banque. Merci l'Euro. Merci l'Europe. Merci le FMI ! Merci Strauss Khan !

Alors la solution ?

Halte ! D'abord, si tout le monde (les journalistes en premier) était au courant que la dette est volontairement créée, au niveau européen pour détruire les services publics, et privatiser ses derniers, ça serait déjà bien.

La solution ? Elle est très simple : il suffirait d'un homme (ou femme) politique, qui aurait le courage d'agir. Oui, le courage. Car la possibilité, cette personne l'aura. Un Etat est indépendant. Un Etat NE PEUT PAS FAIRE FAILLITE !!!!! Un Etat n'est pas une entreprise.

 Les solutions :

- faire en sorte que tout le monde sache cela

- faire en sorte d'élire la bonne personne

- cette bonne personne sortira la France de l'Euro (et ça ne sera pas une catastrophe, ça, vous pouvez me croire)

- sortir de l'Union européenne (ça non plus, ça ne sera pas la fin du monde)

- annuler la dette (si si, c'est possible ! Vous vous souvenez de l'effacement des dettes des pays africains ? Et en contrepartie, des entreprises comme Total... ont pillé, et pillent encore ces pays)

- recommencer à zéro

lundi, 29 août 2011

Une rentrée scolaire avec moins d'enseignants et plus d'élèves

Une rentrée scolaire avec moins d'enseignants et plus d'élèves

LEMONDE.FR avec AFP | 29.08.11 | 16h49   •  Mis à jour le 29.08.11 | 17h13

 

Des écoliers rentrent en classe, le 2 septembre 2010 à Strasbourg, le jour de la rentrée scolaire.

Des écoliers rentrent en classe, le 2 septembre 2010 à Strasbourg, le jour de la rentrée scolaire.AFP/FREDERICK FLORIN

Le SNES-FSU, premier syndicat des collèges et lycées, a qualifié lundi 29 août la rentrée dans le secondaire de "sans précédent". Le syndicat déplore 4 800 suppressions de postes d'enseignant alors que dans le même temps le nombre d'élèves va augmenter, selon ses calculs, de près de 80 000.

"C'est une rentrée assez inédite au point de vue des chiffres, avec 79 536 élèves en plus pour 4 800 profs en moins. En comparaison, en 2007 il y avait 6 100 profs en moins, mais aussi 46 500 élèves en moins", a déclaré Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du SNES, lors d'une conférence de presse.

C'est la première fois depuis au moins huit ans que le nombre d'élèves augmente en lycées généraux et technologiques, selon le SNES, qui justifie ainsi l'appel unitaire à la grève du 27 septembre.

Et compte tenu de la natalité française (de moins de 780 000 naissances avant 2000, on est passé à plus de 820 000 aujourd'hui), "l'augmentation du nombre d'élèves va être durable, donc il faut prévoir des recrutements", a ajouté Daniel Robin, autre cosecrétaire général.

Or il y a "crise" en la matière, "de 2002 à 2011, le nombre de postes aux concours externes a baissé de 50 %" et en cette rentrée "976 postes ne sont pas pourvus par les concours", a déploré Mme Rolet.

SOURCE :

http://www.lemonde.fr/education/article/2011/08/29/une-re...

Merci qui ? Merci Sarkozy. Merci l'Europe. Merci le FMI, qui n'ont qu'un objectif commun à terme : la suppression massive des fonctionnaires, la suppression des Etats, la totale privatisation de l'Education de la Santé, de tous les services public (transport, police...).
A lire : "Qui veut la peau des services public", de Jacques COTTA.

vendredi, 18 février 2011

70 élèves par classe. C'est possible !

mercredi, 16 février 2011

Après Carhaix, Toulon...

La France entière doit suivre l'exemple de la résistance des Bretons. Après Carhaix, Toulon veut sauver son hôpital :

Les organisations syndicales, partis politiques, associations, élus, usagers signataires décident de mettre tout en oeuvre pour défendre l'hôpital public et l'accès à des soins de qualité dans le Var.

Ils s'opposent aux attaques des hôpitaux de proximité liées aux restrictions budgétaires et aux pénuries médicales organisées par les choix gouvernementaux. L'ouverture d'un hôpital performant à Ste-Musse ne doit pas servir de prétexte à une remise en cause de l'accès aux soins de proximité.

Ils décident de se donner les moyens de préserver l'existant :

- Maintien de la maternité et des activités d'IVG chirurgicales et médicales dans les hôpitaux de La Seyne/mer et d'Hyères,

- Maintien des activités chirurgicales et de laboratoire dans les hôpitaux de La Seyne/mer et Hyères,

- Maintien et renforcement des effectifs médicaux et non médicaux dans tous les hôpitaux publics du Var.

 

lire la suite sur http://collectif.varois.sante.over-blog.fr/

lundi, 14 février 2011

La privatisaton annoncée de la Sécurité sociale