Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 mars 2013

La bataille de Tchernobyl

lundi, 22 octobre 2012

Cinéma Olbia à Hyères le jeudi 25 octobre à 19H30

L’association CHANGER d’ERE  ouvre le débat sur le nucléaire avec la projection du film de par Michale Boganim   « LA TERRE OUTRAGEE » au cinéma Olbia à Hyères  le jeudi 25 octobre à 19H30.
Premier film à avoir obtenu le droit de tourner sur les lieux, La Terre outragée est une variation fictionnelle autour de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Il met en scène trois destins qui se croisent, celui de Valery, qui a grandi sans père,  celui de Nikolaï, hédoniste têtu cultivant la terre morte et surtout  celui d’Anya, mariée de l'apocalypse, à qui Tchernobyl  a volé son amour
 
Voici un extrait de l’interview donné par Michale Boganim, la réalisatrice au magazine Télérama :
 
« On est à Pripiat, le 26 avril 1986. C’est le jour du mariage de l’héroïne du film, Anya, qui est jouée par Olga Kurylenko. La catastrophe nucléaire a eu lieu pendant la nuit mais personne n’est au courant de ce qui s’est passé. Aucune information n’a été donnée. Des mariages ont donc lieu, comme si c’était un jour normal. Je me suis appuyée, pour écrire ce film, sur des faits réels. J'ai découvert que, le jour de la catastrophe de Tchernobyl, seize mariages avaient été célébrés à Pripiat ! C’est hallucinant. Anya se marie avec un pompier, qui va être appelé pour éteindre un feu de forêt, en fait pour intervenir sur l'incendie du réacteur, ce qui le condamne à mort.
 
La principale caractéristique de la catastrophe de Tchernobyl, c’est son invisibilité : pas de grand bruit d’explosion, pas de traces immédiates. C’est ce qui a permis aux autorités soviétiques de mentir à la population pendant trois jours. En tant que cinéaste, cela m'intéressait de parler de l’invisibilité, de raconter ce désastre qui ne se donne pas tout de suite à voir ».
 
A l’issue de la projection  un débat aura lieu entre les spectateurs guidés par Claude MARTINO, critique de cinéma et Anthony GREGOIRE, membre du collectif varois SORTIR DU NUCLEAIRE.
 

mercredi, 27 avril 2011

Tchernobyl day - Toulon - 26 avril 2011

samedi, 19 juillet 2008

***

-> elenafilatova.com 

Le nucléaire, c'est l'avenir ?

 




 

jeudi, 24 avril 2008

26 avril - "Chernobyl Day"

Appel à participer à l’action internationale "Chernobyl Day"

Le réacteur nucléaire n° 4 de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986, il y a 22 ans. A cette date commença la plus grande catastrophe1690889854.jpg technologique et industrielle de tous les temps. Tchernobyl n’a pas fini de faire des victimes : ses conséquences inouïes et irréversibles sur la santé (cancers, pathologies multiples, effets mutagènes et tératogènes) affecteront profondément les prochaines générations.

Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU, a estimé que plus de sept millions de personnes avaient été gravement affectées par la catastrophe. Pourtant, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) avance encore le chiffre ridicule de 50 victimes pour protéger les intérêts de l’industrie atomique.

lire la suite

 Plusieurs actions ou manifestations sont prévues dans toutes la France.

mercredi, 25 avril 2007

Nuage de Tchernobyl : Nicolas Sarkozy doit s'expliquer

Communiqué de presse du mardi 24 avril 2007

A deux jours de la date anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986), le Réseau "Sortir du nucléaire" demande à  Nicolas Sarkozy de s'expliquer sur son (in)action à propos des conséquences du passage du nuage de Tchernobyl sur la France et sur sa part de responsabilité dans le mensonge d'Etat qui a été mis en oeuvre à cette occasion et par la suite.

En effet, en 1987, quelques mois à peine après la catastrophe de Tchernobyl et la contamination de la France par le nuage radioactif, M. Sarkozy était Chargé de mission pour la lutte contre les risques chimiques et radiologiques au ministère de l'Intérieur. (*)

M. Sarkozy, qui prétend dire toutes les vérité
s (**) et briser tous les tabous, ne s'est-il pas de lui-même posé des questions ? N'a-t-il pas entendu parler du nuage de Tchernobyl ?

Plus tard, M. Sarkozy a occupé le poste de ministre de l'Intérieur de mai 2002 à mars 2004, puis de juin 2005 à mars 2007 : il a donc eu largement l'occasion de prendre connaissance des informations sur les conséquences du passage sur la France du nuage de Tchernobyl et de les rendre publiques. Il n'en a rien fait.

Une telle mise au point est d'autant plus nécessaire que M. Sarkozy s'est révélé être un infatigable promoteur de l'industrie nucléaire, que ce soit lors de son passage au ministère de l'économie (de mars à novembre 2004) ou lors de différentes interventions en tant que Président de l'UMP.

NB : Les associations membres du Réseau "Sortir du nucléaire" organisent ces jours-ci, un peu partout en France, des initiatives de commémoration de la catastrophe de Tchernobyl. Cf :

http://groupes.sortirdunucleaire.org/spip.php?mot6 <http://groupes.sortirdunucleaire.org/spip.php?mot6>

*********************************

(*) Etrangement, cet épisode ne figure pas dans la biographie de M. Sarkozy présentée sur le site web de l'UMP :

Par contre, on en trouve trace ici :
www.lexpress.fr/info/france/dossier/sarkozy/dossier.asp?i... <http://www.lexpress.fr/info/france/dossier/sarkozy/do...


(**) Le 19/10/2005, M. Sarkozy déclare : "Il n'est pas normal, dans une grande démocratie comme la nôtre, que le secret continue de régir l'action de l'administration, et, à la vérité, des élus qui la dirigent. Des erreurs comme celles de l'amiante, le mystère qui entoure le trajet exact du nuage de Tchernobyl, ne sont plus acceptables".
http://www.u-m-p.org/site/index.php/ump/s_informer/discou...