Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 mars 2011

POPB - le soleil a rendez-vous avec Areva


20110305 AREVA ATHLE PARIS
envoyé par sortirdunucleaire. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

vendredi, 17 septembre 2010

C'était le 23 mars dernier : Greepeace accusait AREVA

Greenpeace accuse Areva de mettre en danger la vie des Nigériens
Greenpeace accuse Areva de mettre en danger la vie des Nigériens
Le numéro un mondial du nucléaire civil, le groupe Areva, est mis en cause dans un rapport de l'organisation internationale Greenpeace. Les riverains des sites exploités par la multinationale seraient exposés à des radiations nocives pour la santé.
Par Dépêche (texte)
 

AFP - L'organisation internationale de défense de l'environnement Greenpeace a accusé le groupe français Areva de mettre en danger la santé des riverains des mines d'uranium qu'il exploite dans le nord du Niger, dans un rapport publié lundi.

Greenpeace exige qu'une étude indépendante établisse le niveau de radiation dans deux cités minières, Arlit et Akokan (nord-ouest du Niger), et demande leur décontamination.

Areva, numéro un mondial du nucléaire civil, est le premier employeur privé au Niger, pays sahélien très pauvre, où l'entreprise exploite des gisements d'uraniumun.

"Les habitants d'Arlit et d'Akokan vivent entourés d'air empoisonné, de terres contaminées et d'eau polluée. Chaque jour qui passe, les Nigériens sont exposés aux radiations, à la pauvreté et aux maladies", assure Greenpeace.

L'organisation a mené une enquête à Arlit et à Akokan en novembre 2009 en collaboration avec la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD, France) et le Réseau des Organisations pour la Transparence et l'Analyse Budgetaire (ROTAB, Niger).

Dans un rapport de trente pages, non exhaustif selon l'ONG, Greenpeace a mis en évidence des concentrations anormales d'uranium dans le sol, et de radon, un gaz naturel radoactif, dans l'air, ou encore la présence sur les marchés de matériels radioactifs recyclés, provenant des mines.

Les prélèvements ont été effectués aux abords des mines comme dans les deux localités, où vivent environ 80.000 personnes.

Ainsi, par exemple, "dans quatre échantillons sur cinq d'eau recueillis par Greenpeace dans la région d'Arlit, la concentration d'uranium était supérieure à la limite recommandée par l'OMS (Organisation mondiale de la santé) pour l'eau potable", écrit l'organisation écologiste.

Areva a assuré en janvier qu'il organiserait "d'ici fin 2010" une inspection générale des sites qu'il expolite au Niger pour démontrer l'absence d'exposition radioactive de la population.

Source : France24.com

 

samedi, 28 février 2009

Nucléaire : Greenpeace dénonce un transport risqué de MOX

mox300.jpgSelon l’association écologiste, une très importante quantité de MOX, un mélange de plutonium et d’uranium, va quitter Cherbourg pour le Japon dans les prochains jours, peut-être même dès demain. Greenpeace estime que ce transport est très risqué, ce que conteste Areva.

-> Lire la suite sur france-info.com

17:28 Publié dans action | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : greenpeace, areva, nucléaire

mercredi, 11 février 2009

AREVA A PERDU !

AREVA ne voulait pas la diffusion qui va passer ce soir sur France 3 à 20h35.

PERDU !

Pièces à conviction - Uranium : le scandale de la France Depleted-Uranium-Ethics9may05p05.jpgcontaminée

Depuis plusieurs décennies, des déchets radioactifs extrêmement dangereux ont été disséminés en toute discrétion dans les campagnes, à proximité de zones habitées. Entre 1945 et 2001, la France a exploité 210 mines d'uranium, produisant 300 millions de tonnes de déchets radioactifs, abandonnés sans mesure de protection particulière. Qui sont les responsables ? Pourquoi l'Etat n'a-t-il pas alerté les riverains ? Et enfin, les populations concernées sont-elles en danger ?

-> la suite

samedi, 31 janvier 2009

AREVA refuse la diffusion d'une émission sur les déchets des mines d'uranium

Déchets radioactifs: France 3 et Areva se fritent

Sur Le Post, Areva reproche à France 3 d'avoir présenté son reportage sur les déchets des mines d'uranium, avant d'avoir recueilli sa position. La chaîne riposte.

Centrale nucléaire - Image d'illustration

Centrale nucléaire - Image d'illustration
© Norbert Schaefer/CORBIS/Norbert Schaefer

 

En pleine polémique sur le second réacteur EPR, c'est à un sujet très sensible que s'attaque le prochain numéro de "Pièces à Convictions": les déchets issus des mines d'uranium. Comme à son habitude, le magazine comportera des enquêtes avec des plateaux animés par Elise Lucet. L'un des faits exposés par le reportage est le fait que des mines françaises n'étant plus en activité depuis longtemps pourraient encore être dangereuses.

 

-> LIRE LA SUITE

mardi, 16 décembre 2008

Inondation du site nucléaire du Tricastin

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 840 associations
Communiqué du lundi 15 décembre 2008 - Contact : 06.64.100.333

Inondation du site nucléaire du Tricastin :
"Sortir du nucléaire" demande d'urgence
des mesures de radioactivité indépendantes
Dans la nuit de dimanche à lundi, un plan d'urgence interne a été déclanché sur le site nucléaire du Tricastin, du fait de l'inondation des installations nucléaires SOCATRI-AREVA et BCOT-EDF. Cette alerte est due à la montée des eaux de la Gaffière, le fameux cours d'eau qui traverse le site du Tricastin, et qui a été contaminé à plusieurs reprises ces dernières semaines - et particulièrement du fait de la grave fuite d'uranium de début juillet.
Les exploitants AREVA et EDF prétendent qu'aucune contamination n'est ressortie du site, mais l'expérience a montré que leurs discours étaient très peu fiables. Il est donc nécessaire que des mesures soient faites dès ce mardi par des organismes indépendants, par exemple la Criirad, ou des laboratoires étrangers. C'est au ministère de l'écologie de contacter au plus vite de tels organismes.
De façon générale, alors que le site nucléaire du Tricastin existe depuis près de 50 ans, il est stupéfiant que les exploitants soient surpris par la montée des eaux de la Gaffière. C'est une nouvelle démonstration de l'incompétence et de l'irresponsabilité de l'industrie nucléaire, et de l'impuissance des organismes de sûreté (ASN, IRSN). Ces organismes passent le plus clair de leur temps à "démontrer" que la sûreté des installations nucléaires est assurée, mais ils sont régulièrement démentis par les faits.
De toute évidence, il va y avoir tôt ou tard en France un accident grave, voire une catastrophe nucléaire. Pour l'éviter, il faut au plus vite mettre en oeuvre un plan de sortie du nucléaire, accompagné de mesures très ambitieuses en faveur des économies d'énergie et du développement des énergies renouvelables.

------------------------

Montée des eaux : plan d'urgence interne sur le site nucléaire du Tricastin
AFP - 15.12.08 - Les exploitants des installations nucléaires SOCATRI et BCOT ont déclenché dans la nuit de dimanche à lundi un plan d'urgence interne au vu d'une montée rapide du niveau des eaux de la Gaffière, le cours d'eau qui traverse le site du Tricastin, a annoncé lundi soir l'ASN. Le déclenchement de ce "plan d'urgence interne" a débuté lundi à 02H00 du matin, a précisé l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) dans un communiqué. SOCATRI est exploitée par le groupe AREVA, et BCOT (Base chaude opérationnelle du Tricastin) est exploitée par EDF.
La montée du niveau des eaux s'est poursuivie jusqu'à 3 heures du matin, et plusieurs locaux de la SOCATRI et de la BCOT ont été inondés. "Les plans d'urgence internes ont été levés par les exploitants aux alentours de 5h du matin après un reflux des eaux", précise le communiqué. Les exploitants ont informé l'ASN que l'eau entrée dans les locaux est restée à l'intérieur et qu'elle fera l'objet d'un traitement adapté. Cette montée des eaux est due à d'importantes précipitations et à des manoeuvres de régulation des eaux.
L'ASN procèdera à l'analyse de cette situation en liaison avec les exploitants et les services de l'Etat en charge des contrôles de l'exploitation des barrages. Dans son communiqué, l'ASN rappelle que SOCATRI exerce des activités sur les matériels et effluents en provenance d'EURODIF (assainissement et maintenance sur les composants). Elle réalise également des prestations pour le compte de l'ANDRA (tri et conditionnement de déchets, notamment en provenance du milieu hospitalier).
L'installation BCOT est exploitée par EDF. Elle a pour vocation l'entretien et l'entreposage des matériels et outillages provenant des circuits et matériels contaminés des réacteurs électronucléaires, à l'exclusion d'éléments combustibles, notamment les tubes guides, les outillages d'intervention, les matériels voués au démantèlement et les couvercles de cuve, ajouté le communiqué.

 

samedi, 19 juillet 2008

Le nucléaire, c'est l'avenir ?