Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 février 2011

Des pans entiers de la Sécurité sociale livrés aux assurances privées

Le 16 novembre dernier, Nicolas Sarkozy annonçait que le chantier du financement de la dépendance serait bouclé à l’automne 2011.

L’intervention de Sarkozy avait bien commencé. Il s’agissait, affirmait-il, de créer une nouvelle branche de la Sécurité sociale, un « 5ème risque » qui viendrait s’ajouter a la retraite, la famille, la santé et aux accidents du travail. « Une première fois depuis la Libération » soulignait le président.

Elle continuait plutôt mal car Sarkozy refusait d’emblée toute augmentation des cotisations sociales, toute augmentation de ce qu’il appelle les « prélèvements obligatoires ». Un concept forgé de toutes pièces par les néolibéraux et qui n’a de sens que pour ces derniers et les intérêts qu’ils défendent. Qui, à par eux, en effet, souhaiterait que sa retraite ou ses dépenses de santé soient financés par des prélèvements facultatifs et donc aléatoires ? 

L’augmentation de la CSG et des cotisations sociales patronales étant exclue, il ne resterait plus que trois solutions : 

- Faire payer les familles.

- Permettre à la Sécurité de récupérer les sommes avancées sur les successions des personnes dépendantes.

- Avoir recours aux assurances privées. 

lire la suite sur http://democratie-socialisme.org

source : http://cgtcafvar.over-blog.com/

en famille, la fête est plus folle !

sarkozy,politique,social,sécurité sociale,assurance,privé

Les commentaires sont fermés.