Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 mai 2008

Le trou de la Sécu : la faute aux médecins ?

Attention à ne pas mettre tout les médecins dans le même panier. Tout comme les allocataires du RMI, il y a des gens sincères, (contre la1759472420.JPG fraude), et des fraudeurs chez les médecins.

Certains petits malins se font payer la majoration d'astreinte (de 30 euros tout de même !) alors qu'elle ne leur est pas due !

J'en ai enfin la preuve ! 

 

Après l'industrie phamaceutique, voilà un autre "coupable" du trou de la sécu. Et qui paye ? Les malades, bien sûr !

Commentaires

LE "TROU DE LA SECU"

Diverses pistes dans le financement comme dans les dépenses sont explorables

• Remise en cause (éventuelle après études, débats etc.) de la couverture familiale intégrale. Exemple : Un salarié célibataire est assuré social sur la base suivante ; un prélèvement social pour un assuré. Un couple sans enfant avec les deux qui travaillent ; deux prélèvements pour deux assurés. Une famille de quatre enfants avec uniquement le mari en activité ; un prélèvement pour six assurés... Normal ? Sans aller jusqu’à prélever un pour un, un élargissement ne pourrait-il être envisagé ?

• Revoir le prélèvement employeur sur les seuls salaires : Actuellement, des licenciements compensés par l’achat de machines robotisées, c’est moins de ressources pour la sécu mais autant de profits (voir plus) pour l’employeur. Pourquoi ne pas faire glisser (en partie ? En intégralité ?) les prélèvements du travail vers le chiffre d’affaire ou les bénéfices ?

• Transfert de charges : Que les risques particuliers (comme l’exercice d’un sport) soient EFFECTIVEMENT couvert et l’éventuel accident pris en charge par l’assurance souscrite lors de l’inscription.

• Taxes sur la consommation (« TVA sociale) : que devient le projet, sera-t-il repris ?

• CMU + droit du sol = déficit… Les idées présentes derrière la CMU et le droit du sol sont belles et généreuses, c’est certain. Mais en termes comptables… (En Guyane, c’est "tout le continent" environnant qui vient profiter de l’hôpital français…-et à la place de ces gens déshérités, ne ferions-nous pas la même chose ?- ). Faudrait-il présenter la facture aux ambassades respectives ? Envisager d’autres solutions comme revoir la Constitution ?

• Nous avons tous chez nous des bt. de médicaments qui finiront à la poubelle (date dépassée) et qui sont "les restes" d’une prescription : la sécu enrichie les laboratoires. Faudrait-il modifier le système de conditionnement ? Les pharmaciens ne pourraient-ils pas recevoir de grandes quantité pour remettre aux malades juste ce qu’il faut selon la posologie et la durée du traitement ?

COLPIN Didier

Écrit par : COLPIN Didier | lundi, 26 mai 2008

Bonnes propositions (surtout la dernière : la vente à l'unité se fait dans de nombreux pays, comme la Hollande...).

Il ne reste plus qu'à trouver un personnage politique qui ait du courage pour mettre ceci en application !

Écrit par : Naturel | lundi, 26 mai 2008

Pour le permier point, la solidarité ne me gêne pas, tant qu'elle perdure. La vie tourne, on peut tous en avoir besoin un jour … Si le mari de la famille de 4 enfants vient à décéder, ça ne me gênera pas de cotiser pour eux … Bien moins que pour ceux qui abusent en demandant des prescriptions, des arrêts maladie prolongés (tout en parcourant le monde) et les médecins complaisants.

Concernant le cinquième point … Si les grands de ce monde ne montraient pas l'exemple … comme Yasser Arafat ou beaucoup d'autres. Remarquons qu'ils ne viennent jamais dans les hôpitaux de province … ceux que l'on ferme comme celui de Carhaix ! Les auvres dont vous parlez, se soignent comme nous !

Le trou de la sécu, c'est aussi des systèmes déficitaires (ENIM, MSA, …) qui piochent dans le pot commun.

Écrit par : Sar@h | mardi, 27 mai 2008

Les commentaires sont fermés.