Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 mars 2009

Lettre à WIDGECOLO

Des petits messages pratiques, sur la colonne de droite. Tous les jours un conseil. Aujourd'hui (mardi), voici le message :



Salle de bains
Médicaments

Des médicaments vous ont guéris. Très bien.
Mais la poubelle n'a pas contracté la même maladie et lui donner les médicaments non utilisés ne lui convient pas.
Rapportez-les à votre pharmacien.

Oui, c'est bien de rapporter les boites, et les médicaments non utilisés. Mais savez-vous qu'en France, une grande partie du trou de la Sécu est dû à l'industrie pharmaceutique ? A cause, justement, des boites de médicaments ?

Explication :

Exemple 1 : Une prescription de 5 jours : 1 médicament le matin, 1 le soir : total : besoin de 10 comprimés. Pourquoi la boite contient 12 comprimés ? Pourquoi ?

Exemple 2 : Un traitement de 30 jours. 1 comprimé par jour. La boite contient 28 comprimés : résultats : il faut acheter une autre boite de 28 médicaments : résultats : les fabricants de médicaments se frottent les mains. Les politiques sont complices. Les journalistes aussi, car ils sont bien contents d'annoncer, régulièrement, "le déficit de la sécurité socilale se monte à...", mais au lieu de faire des recherches (travail d'un bon journaliste incorruptible), ils répètent ce que les hommes politiques leur disent de dire : c'est la faute aux fraudeurs. Et ça passe comme une lettre à la poste. Y a-t-il un journaliste qui aura le courage de s'attaquer à l'industrie pharmaceutique ?

La France est un des seuls pays au monde à vendre ses médicaments de la sorte. En Italie, en Hollande, et ailleurs, les médicaments sont vendus à la dose juste, ce qui a pour concéquence :

1. d'éviter les déchets inutiles

2. d'éviter un gaspillage d'argent public

Alors moi, je ne rapporte pas les médicaments à la pharmacie : je n'achète pas de médicaments !

 

 

Les commentaires sont fermés.