Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 avril 2009

Evacuation musclée Fac Toulon!!!‏

Communiqué de presse de la coordination de l'Université de Toulon concernant l'évacuation du bâtiment administratif de l'USTV.

 

 

Depuis mercredi soir les grévistes anti-LRU occupaient le bâtiment de la présidence de l'Université pour défendre leurs revendications (retrait de la LRU, retrait du décret sur la formation des enseignants, retrait du décret sur le statut des enseignants-chercheurs, restitution des postes supprimés dans l'enseignement supérieur). Hier dans l'après midi, les forces de l'ordre ont stationné devant le parking sud de 14h30 à 17h30 sans intervenir car ni le Président de l'Université ni le Préfet ne voulaient prendre la responsabilité d'une intervention. Tôt ce matin la police est intervenue sur demande de Laroussi Oueslati pour déloger les personnels et les étudiants menant cette action. Sans prendre de gants, mais à coups de bélier, la police a défoncé une porte ainsi que la barricade qui la maintenait fermée. Sans sommation une vingtaine de policiers entrés dans le bâtiment ont trouvé les militants allongés et scandant "des câlins et des bisous" afin de montrer leur pacifisme. A grand renfort de muscles et de menaces de mise en garde à vue, les militants ont été trainés à l'extérieur sans ménagement alors qu'ils n'opposaient aucune résistance. Malgré la rudesse des forces de l'ordre, aucun blessé n'est à déplorer, seul un peu de matériel informatique a été détérioré suite à cette intervention des forces de l'ordre. Une fois dehors la police a jeté les effets personnels restant dans le bâtiment par la terrasse du premier étage. Dans le même temps, le Président de l'Université, après avoir, en toute mauvaise foi, invité les militants à boire le café, a violemment invectivé un enseignant-chercheur lui reprochant de ne pas se soucier des diplômes des étudiants militants. Ce à quoi il s'est vu répondre par ces mêmes étudiants : "au fait M. Oueslati concernant nos diplômes, c'est vrai qu'on a un petit problème pour les avoir, on a trouvé la solution mais on ne sait pas à qui il faut faire le chèque!!!". Les militants pourtant bien habitués au tempérament de girouette de leur président, ne peuvent que s'indigner devant cette action, en effet Laroussi Oueslati au début du mouvement s'était engagé à ne pas faire intervenir les forces de l'ordre sur le campus.

Malgré tout cela, le mouvement continue en dépit du Président, qui hier encore se vantait de le soutenir. Nous ne sommes ni démobilisés, ni démoralisés et continuerons à lutter pour la sauvegarde du service public et particulièrement pour celui de l'Education.


18:52 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : université, police

Les commentaires sont fermés.